Berlin im Licht [classique]

« Ce qui est unique et remarquable dans la musique de Weill est qu’il a su écrire une musique pour tout le monde… mais comme ne fait pas tout le monde… » (Jean Wiener)

La philharmonie de Poche a souhaité rendre hommage dans ce spectacle au compositeur Kurt Weill avec de nombreux extraits de l’Opéra de Quat’sous, mais aussi d’autres chansons tirées de sa riche collaboration avec Bertold Brecht. Ce Berlin des années 20 c’est aussi la chanson « «Veronika », les valses de Sidney Baynes, les marches de Johann Schrammel, les tangos de Friedrich Schröder et Paash.

Le 6 mars 2016 à Hagenau, 9 octobre à Bitche, le 4 décembre à Schiltigheim.

Anais Mahikian (soprano), Hedy Garzia Kerpitchian (violon), Grégoire Vallette (alto), Gilles Venot (contre-basse), Philippe Bertrand (basson), Philippe Koerper (saxophones), Marie-Andrée Joerger (accordéon), Gregory Massat (percussions).

Starnehëiter/À la lueur des étoiles [classique]

Jean-Christophe Meyer est poète, et il écrit en Alsacien. En 2015 est sorti son dernier recueil Lìechtùnge – Clairières, aux belles éditions du Tourneciel http://editionsdutourneciel.fr. Le poète y « délivre des espaces de premier matin du monde où résonne le dialogue immémorial universel de l’homme avec les éléments : branches, fleurs, bourgeons, ruisseaux, neiges, vignes, papillons, clartés d’étoiles, soleils levants, terres et vents. Toute une genèse où la langue natale s’identifie à la vie dans un même jaillissement. »

Nous avons créé un concert-lecture autour d’une série de poèmes de ce recueil et de la musique de Debussy. Concerts au caveau du café littéraire à Saint-Louis, à l’ESAT Evasion à Selestat et à la Hebelstifftung de Bâle.

Jean-Christophe Meyer, poèmes et lecture
Philippe Koerper, saxophone
Caroline Grandhomme, harpe

photos : Guy Greder

 

 

 

200 ans Adolphe Sax

Article DNA 12/11/2014

Les 200 ans d’Adolphe Sax valent bien la peine d’être fêtés par les amateurs du genre. Vendredi soir, professeurs et élèves saxophonistes, venus de France et de Suisse, se sont donné rendez-vous à l’auditorium du Conservatoire de Saint-Louis pour célébrer leur instrument fétiche. Plusieurs ensembles, dont PureSax et Junge Wilde, ont joué des œuvres de différentes époques allant de Bizet aux années 2000. Pour l’occasion, des saxophones fabriqués par Adolphe Sax étaient visibles et… audibles ! Ils ont été prêtés par un collectionneur bâlois.